REPLAY – MCS relation au père – mémoires cellulaires de structure

150,00

Description

COLLECTIF Mémoires Cellulaires de Structure – série 3 sur la relation avec le père.
Les mémoires cellulaires de structure sont formées dans un premier temps lors de notre vie intra-utérine, puis lors de notre naissance et dans nos premières années de vie. Tous les évènements auxquels nous sommes soumis vont laisser une empreinte dans notre corps, au niveau cellulaire/génétique. L’épigénétique (qui est la science qui étudie le lien entre l’environnement et l’expression des gènes, c’est à dire sur ce que nous devenons sous l’influence de notre environnement) nous a prouvé ces récentes dernières années beaucoup d’informations en ce sens. Ces empreintes vont modifier notre structure physique mais aussi psychique et ainsi nous rendre forts ou vulnérables aux stimulations futures de notre environnement.
Ce sont ces mémoires cellulaires de structure qui vont rendre traumatiques les futures situations stressantes et ainsi créer de nouvelles mémoires cellulaires traumatiques.
Ces dernières mémoires cellulaires traumatiques sont facilement transmutables par les méthodes de libération émotionnelle classiques telles que le NERTI, mais qu’en est-il des mémoires cellulaires de structure?
Sans un travail sur les mémoires cellulaires de structure, chaque nouvelle situation stressante peut devenir traumatique, et nous n’en finissons pas de nettoyer, encore et encore, nos mémoires cellulaires qui se reforment jour après jour. Cela correspond aux personnes qui disent : « Je travaille constamment sur mes émotions, je me sens mieux mais ce n’est pas encore satisfaisant, je ne me sens pas joyeux et paisible à l’intérieur, ou alors pour de courtes périodes, et ensuite de nouvelles peurs et hyper-réactivités émotionnelles émergent. »

Après avoir travaillé sur les traumatismes de la période de gestation et de la naissance, nous allons aborder les traumatismes liés à la relation au père et à la mère.

Les expériences vécues avec le père et la mère dès la naissance, qu’elles soient agréables ou non, ont laissé des empreintes dans notre structure. C’est cette structure qui définit aujourd’hui notre personnalité, nos forces et nos faiblesses, notre capacité à dépasser les leçons de vie et à vivre en paix avec nous-même et avec le monde qui nous entoure.

Une des caractéristiques de la société patriarcale dans laquelle nous avons grandi est à la fois l’absence du père et la toute puissance de la mère dans l’éducation des enfants. Un papa ça travaille et une maman ça materne.

Le rôle éducatif était donc assigné exclusivement à la femme, créant des déséquilibres dans la construction émotionnelle des enfants.

Lors de la conférence du 22 aout 2017, j’explique en quoi le désinvestissement paternel et la toute-puissance maternelle sont source de difficultés pour l’enfant et l’adulte à venir. Pour voir la conférence, c’est ici.

Les Mémoires Cellulaires de Structure ainsi formées vont influencer notre vision du monde et de nous-même, ainsi que notre capacité à interagir avec notre environnement de façon saine et paisible. La relation au père et à la mère va conditionner plus particulièrement notre faciliter à évoluer, d’un point de vue personnel, familial, professionnel et sociétal.

L’établissement de la première relation au père et à la mère sera le modèle de toutes celles à venir dans la vie d’un individu.

La relation au père et à la mère aura un effet différent selon que nous sommes nés garçon ou fille.

Par exemple,

pour les filles : faible estime de soi, vision de soi-même jamais assez satisfaisante, clivage corps-esprit, « j’aurais du être un garçon », insatisfaction sur la vie en général, attachement au regard ou au jugement des autres, dépendance affective visible ou invisible, besoin et recherche de symbiose avec l’homme, problématique en rapport avec le plein et le vide ; le trop ou le pas assez, rapport conflictuel avec la nourriture, angoisse de solitude, perfectionnisme, sensation de vivre en attente (mais de quoi?), tristesse intérieure, culpabilité perpétuelle, intransigeance/dureté avec soi-même, se sentir différente des autres, panique à l’idée de vieillir.

pour les garçons : silence excessif, timidité, insensibilité, tendance au rapport de force conscient et inconscient dans la vie de couple, refoulement des conflits personnels, divergence difficile à assumer entre hommes et femmes, peur de l’engagement, peur de symbiose avec la femme, méfiance vis-à-vis de la femme, misogynie, oubli d’exister pour soi-même, faible désir pour la vie, agressivité, opposition, défense, ressentiment envers la femme, évitement de la communication profonde, problèmes sexuels, ambivalence face aux femmes (à la fois reines et sorcières).

– Qu’est-ce qu’une MCS ? 

Les Mémoires Cellulaires de Structure sont toutes les informations ou mémoires cellulaires que notre corps emmagasine, correspondant à nos expériences, constructives ou traumatisantes ,vécues lors de la gestation,  la naissance et les premières années de vie, ainsi que notre constitution génétique découlant du génome maternel et paternel. Elles vont déterminer notre structure, c’est-à-dire les fondations de notre être, nos forces et nos faiblesses de départ.

– Pourquoi travailler sur les MCS ? 

Il est important de travailler sur ces mémoires afin de renforcer notre être dans sa structure, ses fondations.

– Le syndrome du « oui mais… » 

De mon expérience personnelle et professionnelle, je suis arrivée au constat suivant : les méthodes de libération émotionnelle classiques sont très efficaces pour travailler les peurs, les phobies, les hyper-réactivités du quotidien, elles apportent sans conteste une grande aide et un meilleur confort de vie, elles permettent de dépasser certains traumatismes, etc, mais elles ne permettent pas de travailler sur la structure. C’est à dire que malgré nos efforts, malgré le mieux-être ressenti, il reste un « oui mais… ». Ce « oui mais… » c’est une sensation très profonde d’inconfort, de non-amour de soi, de non-adaptation au monde dans lequel nous évoluons, de décalage avec les autres qui, eux, ont l’air tellement bien dans leur vie. C’est l’impression que l’on pourrait VRAIMENT être heureux si seulement… et on ne sait pas comment faire.

– Pourquoi les méthodes classiques de libération émotionnelle sont efficaces mais pas suffisantes ?

La métaphore de la maison : imaginons que nous sommes une maison, avec ses fondations, sa charpente, sa toiture, ses murs porteurs, ses cloisons, ses fenêtres, ses portes, sa décoration …

Les expériences vécues pendant notre période de construction (gestation, naissance, premières années de vie) vont conditionner notre structure : la stabilité, l’équilibre, la solidité, la résistance. Ces expériences correspondent donc aux Mémoires Cellulaires de Structure.Notre structure correspond aux fondations et à la charpente de la maison.

Les expériences vécues après cette période de construction intérieure n’impacteront pas sur nos fondations et la charpente mais sur les éléments secondaires tels que le papier peint, les meubles, les cloisons, la décoration, etc.

Les méthodes de libération émotionnelle classiques ont un spectre d’action limité aux mémoires cellulaires faites après la période de construction intérieure.

Intentions pour les séries 3 et 4 : bonne estime de soi-même, confiance en soi, valeur personnelle, autonomie, équilibre dans les relations, confiance en l’Autre, acceptation de soi, reconnaissance et acceptation de sa féminité/masculinité, unification corps/esprit, acceptation du monde, lâcher-prise, indépendance relationnelle, autonomie, douceur avec soi-même et avec l’environnement.

tarif : 150€ pour les 2 sessions en replay + toutes les séances complémentaires passées et à venir (il y en a déjà eu 8) .

Le règlement est possible par chèque en plusieurs fois (saisir l’option chèque lors de la réservation).

La session de septembre 2017 porte sur les traumatismes liés à la relation au père, et la session de janvier 2018 porte sur devenir son propre père (autonomie/évolution) et comprendre les enjeux des traumatismes (dualité/illusion du bien et du mal).

Comment se déroulent les séances ?

Suite à l’inscription, tu recevras par mail les liens d’accès aux séances. L’idéal est de faire 1 séance par jour.

Il s’agit d’un travail énergétique à distance par intention.

 

Pour toute question, lire les FAQ avant de m’envoyer un mail à contact@alexandraduriez.com

Commentaires des participants :

Aurélie V. : merci beaucoup Alexandra pour tes soins qui décoiffent. J’avais ma fille dans la pièce pendant les séances et je pense qu’elle en a profité aussi indirectement. Elle s’est plainte de nausées hier et est plus joyeuse aujourd’hui. Pour moi la vie est plus aimante, plus en paix, comme une ouverture à son abondance que je ne m’autorisais pas avant. Bref, du bonheur. Au samedi 3 juin, avec toute ma gratitude.

Régine C. : Encore super Merci pour ces Soins concernant le nettoyage de nos mémoires cellulaires de structure pendant la gestation. C’était géant de ressentis, dans mon corps. Et surtout, efficacité de tes outils de travail. .Après ce 3ème jour, je me suis réveillée comme sortie d’un rêve. Je me sentais bien dans mon corps , plus en harmonie avec moi même. 😊 Avec une impulsion différente …👌Bien sûr,  j ai encore des petits ajustements, mais je me sens porteuse d’avenir magnifique. 😊  J’ai hâte de participer à la 2ème séance sur la Naissance …Gratitude à toi Alexandra. 🌹🌻🍀🦄

Fabrice F. : Je te remercie beaucoup pour ces soins que j’ai vraiment ressentis par une très grande fatigue, et durant lesquels j’ai libéré et intégré pas mal d’énergie.

Cela travail encore, tu es vraiment puissante et suis très heureux de croiser ta route, merci d’être là !

J’ai hâte de participer aux autres car j’ai vraiment le souhait de retrouver mon plein potentiel, c’est à dire NO LIMIT 🙂

J’attends donc les prochaines dates pour m’inscrire et te remercie encore pour la session supplémentaire du 3 juin.

Je te souhaite une belle soirée et te dis à bientôt 🙂

Nadine F. : Ce soir, en allant voir une vieille dame amie,  elle m’a interpellée sans savoir que je faisais des soins avec toi. Elle m’a dit :  » tourne toi stp… Dis donc, ton dos semble plus droit… « .. J’attends encore pour te donner d’autres infos complémentaires…

Marylène D. : Je viens partager mon ressenti : ce matin en me levant,  j’avais l’impression que mon dos n’était pas dans l’axe, puis ça s’est arrangé ensuite. Je pense qu’il se remettait en alignement. Cet après-midi une « force », une plénitude, l’espace autour de moi, je me le réappropriais. C’est difficile à décrire. Bref, l’effet du soin est là ! Et ça continue en ce moment même. Mon crâne est empli d’énergie chaude, intense et descend dans ma poitrine… Je te remercie d’être une « passeuse » de soins énergétiques qui ont grâce à mes yeux. Et j’attends la suite avec impatience… Belle réception d’énergie à vous tous…

Pour lire les autres commentaires c’est ici .

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “REPLAY – MCS relation au père – mémoires cellulaires de structure”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.